plateau des Bolovens : circuit de 3 jours à scooter

Arrivée à Champassak après 4 heures de bus, sans panne…

Nous laissons à contre cœur notre ilot de Don Det pour voguer vers de nouveaux horizons : la Bolovens Loop (ou «boucle des Bolovens» pour ceux qui auraient séché quelques cours d’anglais) sera notre second stop sur la carte du Laos. Il s’agit d’un tour en scooter (ou en moto) de quelques jours à travers le plateau des Bolovens de la région de Champassak.

Le bus nous dépose à destination après 4h de route et sans aucun souci technique : champagne !

La ville de Champassak ne possède pas de grand intérêt touristique, il s’agit plutôt d’une zone de départ pour la loop où les backpackers se reposent une nuit avant le grand départ.

Nous partons à la recherche d’une guesthouse, et à notre grand étonnement, nous peinons à dénicher des chambres disponibles. Nous trouverons finalement «refuge» dans un hôtel situé sur le grand axe qui borde le centre ville.

Nous louons nos scooters dans l’agence située juste à côté de l’hôtel. Comptez 50 000 kips/ j . Inutile de comparer les prix entre les agences car les tarifs sont plus au moins alignés. Cependant, l’agence Ms Noi est réputée car elle propose en plus une réunion d’information en fin de journée sur les principaux spots de la loop.

De notre côté, nous préférons étudier brièvement la carte remise par l’agence de location sans pousser davantage nos recherches. Nous verrons bien où le vent décidera de nous mener ! (On dit «le vent» mais ce sera finalement la pluie qui influencera notre itinéraire…).

Itinéraire approximatif…

Jour 1 : Cascades de Tad Champee et Tad Lo

Nous partons donc de bon matin, excités par cette aventure. Notre premier arrêt se fera à 40km de Pakse : la cascade Champee.

Avant d’y parvenir, il nous faudra traverser un chemin de terre digne d’un circuit de motocross : des trous (pour pas dire fossés), des bosses et comme si ce n’était pas suffisant, des chiens font la sieste en plein milieu de cette route calamiteuse. Nous parviendrons finalement à destination plutôt facilement grâce à nos drivers qui manient brillamment l’art du scooter (on vous l’a dit, nous n’avons pas encore suffisamment la confiance pour piloter nous même, et puis ça amuse les garçons, alors grand bien leur fasse !)

A l’entrée du site, des maisonnettes en bois font office de petits restaurants et proposent des cafés de la région (il y a, dans les Bolovens, de nombreuses plantations de café). Le verdict est sans appel : il est délicieux.

Nous descendons ensuite jusqu’aux cascades par un petit chemin qui nous laisse entrevoir les chutes d’eau depuis le sommet. Le panorama nous émerveille et le fait d’être seuls sur le site renforce la beauté de ce paysage grandiose.

Cascade de Champee

Une descente d’escaliers vertigineux plus tard et nous trempons enfin nos pieds dans l’eau. Le contraste entre la température de l’air et celle de l’eau est énorme. Les plus courageux d’entre nous tentent la baignade. Inutile de vous préciser que plus vous rentrez à petit pas, et plus ce sera un supplice.

Un radeau est ingénieusement conçu pour les plus frileux afin de traverser le point d’eau sans se mouiller.

info pratiques : l’entrée sur le site coûte 1$ au total (parking inclus), le café délicieux 1,25$.

El le ciel nous tomba sur la tête…

Nous ré-enfourchons nos scooters et mettons le cap vers le nord, à 90 km de là. Mais en jetant un coup d’oeil au ciel devenu tout gris, on devine qu’une pluie diluvienne va bientôt s’abattre.

A peine quelques kilomètres plus tard, les premières gouttes se mettent à tomber avant de laisser place à un véritable déluge.

Contraints de nous arrêter sur le bord de la route pour nous abriter, nous en profitons pour investir dans un imper tout droit sorti d’un atelier de haute couture (à base de drap plastifié blanc à poids rose).

En route vers le village de Tad Lo et le Homestay de « Mama Pap »

Nous révisons alors notre itinéraire et décidons finalement de filer jusqu’au village de Tad Lo, à 70 km de là. Nous roulons ainsi pendant deux heures dans des conditions météorologiques loin d’être avantageuses et qui ne nous permettent pas de profiter du paysage. En tout cas, le fait de traverser des villages situés en bord de route et de croiser en chemin des enfants qui nous saluent, eux aussi trempés jusqu’aux os et souriants, nous encourage dans notre lancée.

Nous arrivons vers 16h dans le village de Tad Lo et posons nos sacs dans le Homestay de « Mama Pap ».

Gros coup de coeur pour la gentillesse de cette dame, son accueil, son humour et … sa cuisine : tous les plats que nous commandons sont non seulement appétissants, mais la portion est énorme pour un prix plus que raisonnable.

Info pratiques : 25 000 kips le lit double, soit environ 3$.

Coucher de soleil au bord des cascades de Tad Lo

Pas le temps de se prélasser autour d’une bière, nous nous dirigeons vers la cascade Tad Lo North afin d’y admirer le soleil se coucher. Nous y rencontrerons un homme venu y laver son linge.
Nous empruntons ensuite un chemin en scooter situé à quelques kilomètres du village. Nous enfilons nos lampes frontales car la nuit est tombée et arrivons à la Tad Lo South Waterfall.

Certains sont adeptes des bains de minuit, de notre côté nous optons pour le bain de 19h. Comme les locaux à Tad lo, nous sortons nos savons pour nous laver dans l’eau froide.

Après ce bain de pure fraîcheur, nous retournons chez Mama Pap pour nous purger avec quelques bières bien méritées.

Jour 2 : des cascades de Tad Tayicsua au village de Nong Oi

Après une nuit assez mouvementée à cause des poules, chiens, chèvres et cochons qui n’ont, a priori, pas réussi à trouver le sommeil et ont préféré tenir éveillé le village entier…il est l’heure de descendre pour profiter du petit déjeuner.
Tous les backpackers ont fait l’éloge de l’énorme pancake chocolat-banane de Mama Pap. Après l’avoir englouti, nous pouvons vous certifier que c’est une pure merveille gustative.

Avant de partir, Mama Pap nous remet à chacun un bracelet confectionné par ses soins. Elle nous les attache en récitant une prière. Très touchés par cette attention, c’est rechargé en énergies positives que nous remontons sur nos scooters direction la prochaine étape.

Les cascades de Tad Tayicsua

Il s’agit du site Tad Tayicsua, regroupant 7 cascades situées dans la partie sud de la boucle. Le ciel a retrouvé ses jolies couleurs bleues, autour de nous, tout a des allures de désert australien, la terre est jaune, la végétation dense mais séchée par le soleil qui culmine déjà à 8 heures du matin.

Allez savoir pourquoi, nous empruntons finalement une route qui n’est pas mentionnée sur le plan et arrivons au bout de quelques heures à destination.

Nous descendons un petit chemin qui nous laisse apercevoir au loin une première cascade dont la hauteur est vertigineuse.

Cascade vertigineuse de Tad Tayicsua

Nous continuons à descendre le chemin devenu glissant à cause des pluies de la veille jusqu’à arriver à la seconde cascade du site, qui n’a rien à envier à la précédente : elle est majestueuse et la végétation qui l’entoure nous plonge dans un univers féerique.

Nous nous dirigeons ensuite vers le troisième point d’eau, situé tout en bas de la montagne, à une demie heure de marche aventureuse. Pendant ce temps là, des gouttes se mettent à tomber.

« Bonjour la pluie, tu nous avais manqué. »

Arrivés à la troisième cascade, qui ressemble finalement plus à une rivière, nous mettons quand même nos maillots de bain et nous nous laissons emporter par le courant, en prenant appui sur les nombreux rochers pour ralentir notre course.

La pluie s’intensifie et rapidement, des trombes d’eau tombent au dessus de nos têtes. Nous essayons tant bien que mal de nous abriter sous les rochers et attendons ainsi pendant une heure, le temps que la pluie se calme. Mais elle ne se calmera finalement jamais et nous rejoindrons l’entrée du site, située au sommet de la montagne, trempés de la tête aux pieds.

Tant pis pour les autres cascades, nous nous commandons du fried rice et des noodle soup afin de nous réchauffer et profitons d’un brin de soleil pour déguerpir et rejoindre notre prochaine guest house.

Nous arrivons dans le village de Nong Oi en bordure de la route nationale et posons nos sacs dans la H Tida Guesthouse, à quelques mètres du marché.

Info pratiques

  • Comptez 5000 kips par personne pour accéder au site Tad Tayicsua et la même somme pour garer un scooter (soit un peu moins d’1$50 l’ensemble).
  • Une chambre double à la H Tida Guesthouse nous aura coûté 70 000kips (l’équivalent de 8,5$).

Jour 3 : l’immense Tad Yuang et retour au bercail

Le dernier jour de la loop s’achève par la visite de la majestueuse Tad Yuang et son décor environnant. Pas de pluie cette fois mais étant donné qu’aujourd’hui, c’est dimanche, touristes et locaux se sont eux aussi donnés rendez vous au coeur de cette nature incroyable.

Sur le chemin du retour, on s’arrêtera déjeuner à la Tad Champee (la première cascade de notre boucle). Au menu, salade de papaye et poulet au barbecue, une tuerie …
Nous passerons finalement une bonne partie de l’après midi à nous prélasser au bas de la cascade.

Cette fois-ci (c’est dimanche, vous vous souvenez ?), le point d’eau est entouré par les locaux venus pic-niquer avec une quantité assez impressionnante de bière. Les laotiens sont très pudiques et ont pour habitude de se baigner tout habillés. Donc, pour respecter les habitudes locales, il est préférable de faire l’impasse sur le maillot de bain et de se jeter à l’eau en jeans, short, tee-shirt, chemise, costard-cravate, peu importe. Autrement dit, un peu à la manière du slogan d’une chaîne de restauration rapide, ultra-diététique et respectueuse de l’environnement, « Venez comme vous êtes! ».

Infos pratiques :
Au total, nous aurons déboursé 12 500 kips chacun (soit 1,5$) pour apprécier la cascade de Tad Yuang. Environ 1,25$ pour la salade de papaye et à peine un dollar de plus pour un délicieux poulet aux Tad Champee.

Nous retournons sur Pakse après une courte sieste au bord de l’eau, et rendons nos scooters auprès de l’agence.